Blog

La fameuse phrase: “je vous comprends” dite à un patient

Pocket

Last Updated on

Qui n’a jamais entendu ou dit, cette fameuse phrase, facile à dire: “je vous comprends”. Mais êtes-vous sûre que cette phrase est toujours appropriée à dire? 

La fameuse phrase: “je vous comprends”

Dire à un patient la phrase: “je vous comprends”, n’a à mon sens aucun intérêt, sauf si vraiment vous avez vécu la même situation.

Souvent cette phrase est souvent dite pour faire court à une communication pesante et que l’on ne sait plus quoi vraiment dire.

Nous avons l’impression que cette phrase est anodine et que le patient ou la personne en situation précaire va comprendre que l’on s’intéresse à lui, que nous le comprenions. Malheureusement, en mon sens nous faisons vraiment fausse route. Car le patient ou la personne va voir cela plus comme un manque de respect envers ce qu’il vit réellement.

Posez-vous la bonne question?

Comment pouvez-vous comprendre ce que vit réellement un patient ou une personne, si vous n’avez jamais vécu une telle situation.

Vivre avec ne maladie, des douleurs, en précarité ce n’est pas la même chose que d’en entendre parlé, d’écouter les témoignages. Vous n’êtes pas 24 h/24 h dans la même détresse. Vous allez juste le vivre un peu par procuration en entendant parler les gens.

Le vivre et l’entendre, c’est 2 mondes bien différents. Il y a se qu’on vit dans la vie, se qu’on apprend dans les livres ou de la bouche des gens.

Donc, pour moi, mais aussi pour beaucoup de patients, personnes, entendre sans arrêt cette phrase: “je vous comprends” de la bouche de personnes qui n’ont jamais vécue cette situation est un peu intolérable.

Comparaison:

Afin de bien vous faire comprendre, je vais faire une comparaison avec les policiers, les gendarmes….

Que font-ils pour comprendre les malfrats?

Ils font tout simplement de l’infiltration, afin de mieux comprendre le mode de fonctionnement des malfrats. Afin de pouvoir s’imprégner de leur attitude, de leur mode de comportement, pensées.

L’infiltration peut durer quelques semaines, à quelques mois, voir quelques années.

Changeons nos mots:

Les mots ont beaucoup d’importance, encore plus quand nous sommes malades, ou en précarité. Ces personnes sont fragiles et elles n’ont pas besoin d’avoir en plus du faux semblant.

Comprendre une personne ce n’est pas seulement d’échanger pendant un laps de temps court. C’est aussi savoir ce qu’il vit, de s’intéresser réellement à ses difficultés et surtout de le faire sans aucun jugement. Malgré toute l’empathie que nous pouvons avoir envers un patient, personne, cela ne remplacera jamais d’avoir vécu une situation similaire.

Il faut tout simplement changer les mots et dire: “je vous comprends” si vraiment vous avez vécu une situation similaire. Car vous ne serez jamais ce que pense, vit le patient avec sa maladie, ses douleur. Ou savoir ce que c’est que de vivre dans la précarité. 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating / 5. Vote count:

As you found this post useful...

Follow us on social media!

Pocket