Last Updated on

Promouvoir la santé avec des patients, des personnes c’est rechercher avec vous des solutions à un problème identifié, produire des idées, faire des choix. Se sont autant de situations où la relation individuelle et la seule transmission de savoirs s’avèrent inadaptées. Le travail de
groupe apporte une dimension supplémentaire et requiert des techniques
d’animation spécifiques.

 

Techniques pour promouvoir la santé:

J’ai un D.U d’ETP, ou nous avons appris à mettre différentes techniques afin de promouvoir la santé auprès d’un public donné.

La promotion de la santé doit tenir compte de certaines particularité, avec des mises en oeuvre concrète et pratique dans des séances d’animation de groupe.

Un de mes buts est d’assurer des interventions auprès de groupes dans un objectif de promotion de la santé. Cela grâce à l’animation qui permettra de faire de la prévention 

Je pars du principe que les personnes ne sont pas totalement ignorantes et donc je pars des connaissances de ces personnes.

Grâce aux ateliers, une dynamique de groupe se créé, ce qui permet de produire une intelligence collective

Quelques définitions:

La santé publique

Dans son glossaire 1 publié en 1999, l’Organisation mondiale de la santé
(OMS) définit la santé publique comme la « science et [l’]art de favoriser
la santé, de prévenir la maladie et de prolonger la vie grâce aux efforts
organisés de la société ».
La santé publique aborde la santé de façon collective et dans toutes ses
dimensions. Son objectif est d’améliorer l’état de santé de la population.
Elle fait appel à de nombreuses disciplines : épidémiologie, démographie,
sociologie, économie de la santé…
Ses fonctions essentielles définies par l’OMS en 1997 sont :
– la prévention ;
– la surveillance et le contrôle des maladies (transmissibles et non
transmissibles) ;
– la surveillance de l’état sanitaire de la population,
– la promotion de la santé ;
– la santé au travail ;
– la protection de l’environnement ;
– la législation et la réglementation en santé publique ;
– la planification et la gestion de la politique sanitaire ;
– les soins pour les groupes vulnérables et les populations à risques.


La promotion de la santé

La charte d’Ottawa (présentée en annexe page 165) définit la promotion
de la santé comme le processus qui confère aux individus et aux populations
les moyens de prendre en charge leur propre santé.
Cette conception correspond à une vision moderne de la santé publique.
Elle prend en compte à la fois la complexité de la notion de santé et la
relativité des libertés individuelles dans l’adoption des comportements de
santé, notamment en s’appuyant sur les approches de santé communautaire.

La santé communautaire

Selon Michel Manciaux, Jean-Pierre Deschamps et Marie-Thérèse Fritz,
« On peut dire qu’il y a démarche de santé communautaire quand les membres
d’une collectivité – géographique, professionnelle ou sociale –, réfléchissant
ensemble à leurs problèmes de santé, individuels et collectifs, expriment des
besoins prioritaires et participent activement à la mise en place, au déroulement et à l’évaluation des activités les plus aptes à répondre à ces besoins
2».
L’action communautaire désigne ainsi les efforts déployés par les communautés pour accroître leur maîtrise sur les déterminants de santé et améliorer cette dernière.

La prévention


Dans sa conception initiale, la prévention s’attachait à réduire la fré-
quence et les conséquences des maladies et des accidents. Ce qui amenait à opérer, selon l’Organisation mondiale de la santé, la catégorisation suivante centrée sur les risques :
– la prévention primaire intervient en amont pour diminuer l’incidence
d’une maladie. Elle agit par exemple sur les consommations de sucre et
de graisse pour réduire le risque d’obésité ou sur la consommation de
tabac pour réduire le risque de cancer du poumon ;
– la prévention secondaire agit pour diminuer la prévalence des maladies :elle concerne toutes les mesures de détection précoce ou de dépistage ;
– la prévention tertiaire vise à diminuer chez les malades la prévalence deshandicaps et des séquelles ;
– la prévention quaternaire, enfin, concerne l’accompagnement de l’invalidité et de la fin de vie.
À ces définitions anciennes mais encore souvent utilisées, se substitue
une définition plus actuelle, centrée sur les populations, qui distingue
 :
– une prévention généralisée (ou universelle), qui s’adresse à toute la population quel que soit son état de santé ;
– une prévention sélective qui cible des sous-groupes de population, pouvant présenter des vulnérabilités ou des risques spécifiques (exemple :
les travailleurs du bâtiment) ;
– une prévention ciblée (ou indiquée), destinée aux personnes présentant
des troubles, des maladies ou des facteurs de risques repérés (exemple :
les jeunes ayant une consommation excessive d’alcool).

 

Exemples d’animation ou atelier:

Comment promouvoir la santé grâce aux ateliers? - en savoir plus

Préventions sur les addictions:

Comment promouvoir la santé grâce aux ateliers? -

en savoir plus

 

 



 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Pocket
error: Content is protected !!

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :