[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Personnellement, je pense que pour les infirmières,  il est temps que nous soyons  affranchies des médecins. Notre rôle est beaucoup plus important que l’on veut le faire croire, nous ne sommes pas que des auxiliaires.

Attention s’affranchir, ne veut pas dire : ne pas collaborer ensemble. Non tout simplement, nous sommes capables de mettre des actions en place sans l’aide des médecins.

Le rôle d’une infirmière:

Une soignante indispensable au sein de l’équipe médicale et un relais médical entre patient / médecin.

L’infirmière assure en collaboration avec l’aide-soignante et l’équipe pluridisciplinaire (médecin, cadre de santé, agent de service hospitalier…), les soins de confort, d’hygiène et de sécurité du patient.

Le métier d’infirmière requiert de solides compétences et qualités humaines, pour travailler en équipe, au bien-être du malade.

Elle assure la gestion administrative, en s’occupant des stocks de médicaments et en établissant des plannings de soins en fonction des prescriptions médicamenteuses.

Soumise au secret professionnel, l’infirmière a un grand rôle d’écoute avec le patient et sa famille. Elle peut être porte-parole du patient, auprès de l’équipe médicale, à qui elle transmet les informations pour une meilleure prise en charge.

L’infirmière doit savoir travailler en équipe, dans l’intérêt du patient. En tant que pilier porteur, elle joue un rôle d’interface.

Elle communique à la fois, avec les médecins, sur la prise en charge médicale du patient et avec les aides-soignantes, pour tout le côté confort et bien-être. A la tête des transmissions, l’IDE donne des indications utiles à toute l’équipe.

L’infirmière est épaulée par ses collègues, auprès de qui elle peut demander un relais, lorsque la charge de travail est trop lourde ou que la communication avec le patient est difficile.

Si la plupart des infirmières travaille en équipe, l’infirmière libérale exerce son activité de manière indépendante et de fait travaille seule.

L’organisation de sa journée dépend des besoins du patient, dont les soins sont prescrits par les médecins. Toutefois, selon la taille du cabinet, elle peut être épaulée par ses autres collègues.

Quelque soit le service ou le lieu d’exercice, les missions et activités de l’infirmière sont diverses et variées. Sa tâche première est la réalisation de soins destinés à maintenir ou restaurer la santé de la personne.

Un référentiel de compétences pour les étudiants en soins infirmiers

Enfin, pour se plier aux exigences européennes, tous les métiers et tous leurs diplômes doivent faire mention de leurs compétences via un « référentiel », puis se décliner ensuite en un référentiel de formation. De fait, dans le cadre du nouveau programme de formation des étudiants en soins infirmiers (arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’État d’infirmier) (à lire Le nouveau texte de référence sur le diplôme d’infirmier est publié) on parle pour la première fois de « compétences infirmières » au travers d’un « référentiel de compétences ».

Cependant, les référentiels d’activités et de compétences du métier d’infirmier diplômé d’État ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un référentiel n’a pas vocation à déterminer des responsabilités. Il s’agit de décrire les activités du métier, puis les compétences. Celles-ci sont rédigées en termes de capacités devant être maîtrisées par les professionnels et attestées par l’obtention du diplôme d’Etat. Cette description de « 10 compétences » s’inscrit dans la réglementation figurant au code de la santé publique (CSP).

  1. Évaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine infirmier.
  2. Concevoir et conduire un projet de soins infirmiers.
  3. Accompagner une personne dans la réalisation de ses soins quotidiens.
  4. Mettre en oeuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique.
  5. Initier et mettre en oeuvre des soins éducatifs et préventifs.
  6. Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins.
  7. Analyser la qualité des soins et améliorer sa pratique professionnelle.
  8. Rechercher et traiter des données professionnelles et scientifiques.
  9. Organiser et coordonner des interventions soignantes.
  10. Informer et former des professionnels et des personnes en formation.

Nous devons nous affranchir:

Les infirmières sont capables de s’affranchir des médecins, mais eux peuvent-ils s’affranchir de nos compétences?

Je pense qu’il faut regarder ce qui ce passe au Canada et elles ont réussit à s’affranchir: elles créés des cliniques sans médecin. Et cela nous en sommes tout autant capables. Nous avons des capacités, des connaissances de le faire

Créer des cliniques de quartier, des réseaux de soins:

Nous savons déjà faire face aux urgences. Dans les services, ils nous arrivent régulièrement de nous retrouver face à des urgences vitales, sans la présence d’internes, ni de médecins. . 

Combien de fois, nous nous retrouvons seules car les médecins ne veulent pas toujours se déplacer et nous devons prendre des décisions, car parfois la vie du patient est en jeu. 

Nous devons tout mettre en oeuvre pour aider le patient en attendant d’avoir un médecin  

Alors oui, nous pourrions créer des cliniques sans médecin, des réseaux de soins, nous en sommes capables. Mais attention, tout en collaborant avec eux.

Mon réseau sur la douleur chronique:

Comme, je désire mettre en place un petit centre, ou nous recevrons les patients, afin de mettre en place l’ETP, des soins de premières aides. Par conséquent, je ne vois pas pourquoi, il faudrait avoir un médecin sur le lieu. 

Avec une bonne d’équipe d’infirmières, cela sera largement suffisant

A réfléchir……

Summary
Il serait temps que les infirmières s'affranchissent des médecins
Article Name
Il serait temps que les infirmières s'affranchissent des médecins
Description
Personnellement, je pense que pour les infirmières,  il est temps que nous soyons  affranchi des médecins. Notre rôle est beaucoup plus important que l'on veut le faire croire, nous ne sommes pas que des auxiliaires. Attention s'affranchir, ne veut pas dire : ne pas collaborer ensemble. Non tout simplement, nous sommes capables de mettre des actions en place sans l'aide des médecins.
Author
Publisher Name
Econsi Formations
Publisher Logo
Catégories : Blog

Admin bar avatar

Corine Cliquet

Infirmière de formation D..U d'éducation thérapeutique du patient Patiente experte: SDRC (syndrome douloureux régional complexe ou SDRC1= algodystrophie, SDRC2= algoneurodystrophie) Formatrice indépendante Conférencière, consultante Coaching en santé en individuel ou en groupe Présidente de l'association Thera Wanka

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!