Pocket

Last Updated on

Rate this post

 1 diététicienne, nous rejoint dans le projet de la clinique. Cela est un plus, car nous savons tous que d’avoir une bonne alimentation, nous permet d’être en bonne santé.

Laetitia Matrat diététicienne: 

Une diététicienne rejoint le projet de la clinique paramédicale 1

Sa présentation:

Je me prénomme Laetitia MATRAT, diététicienne-nutritionniste diplômée de l’université Lyon 1 en 2005, j’ai ensuite poursuivi mes études à Montpellier, et obtenu en 2010 un master biologie santé, spécialité nutrition agro-valorisation en santé publique. Mon sujet de mémoire de fin d’année portait sur l’élaboration d’une charte d’engagements volontaires de progrès nutritionnel pour le compte d’une industrie agro-alimentaire.

Après une première expérience en France dans le domaine de la recherche et du développement, j’ai exercé en libéral à l’étranger. J’ai vécu en Afrique et travaillé comme diététicienne-nutritionniste consultante pour une ONG qui soutient des programmes de prise en charge d’enfants atteints de malnutrition sévère et modérée.

Diététicienne en libéral dans la région drômoise, je suis également secrétaire de la fédération d’associations Thera Wanka qui milite pour la reconnaissance de la SDRC (syndrome douloureux régional complexe) de type 1 ou algodystrophie & de la SDRC de type 2 ou algoneurodystrophie.

Ma vision de la nutrition

L’univers de la nutrition et de la diététique me passionne, cette discipline est en perpétuelle mouvance et j’apporte beaucoup d’importance à une révision constante des connaissances dans ce domaine.

Selon moi, l‘alimentation se caractérise avant tout par sa dimension hédonique, qui est très souvent négligée. Citons par exemple, les régimes restrictifs reconnus pour leur inefficacité, qui engendrent frustration et ce, au détriment de la notion de plaisir. L’acte de manger est un besoin physiologique mais réunit d’autres caractères qui relèvent du symbolique et de l’émotionnel. Qui ne s’est jamais remémoré un souvenir d’enfance à la dégustation d’un plat, à la perception d’une saveur ou d’une odeur ?

Ce que j’apprécie dans mon métier c’est la richesse de la relation que j’entretiens avec mes patients. Tolérance et bienveillance sont les valeurs que je prône et qui sont à la base d’une coopération réussie.

« La cuisine : c’est une mélodie que l’on déguste par la bouche » G.Rossini

Laetitia MATRAT 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Pocket
error: contenu protégé !!

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :