[Total : 0    Moyenne : 0/5]

La communication dans le milieu de la santé est-elle aussi bonne? Souvent on nous fait croire que oui, mais malheureusement ce n’est pas souvent le cas

Ce qui provoque des dysfonctionnements très importants, des pertes de temps malheureusement la première personne qui va en subir les conséquences c’est les patient.

Voici mon analyse, attention sans généraliser, ceci afin d’éviter d’heurter les sensibilités, l’ego de chacun:

La communication est quasi-nulle:

Malgré la mise en place de la e-santé, nous devons bien reconnaître que la communication entre les professionnels de la santé est quasi nulle.

Mais aussi avec les patients, qui est quand même la personne qui au centre des soins.

Il a été oublié une chose importante, c’est que souvent le patient à différents intervenants dans ces soins et l’absence de communication provoque des dysfonctionnements.

Comme le dirait le Dr House: “tout le monde ment”

Les professionnels de la santé:

Il y a vraiment un gros soucis de communication entre tous les intervenants.

Pour moi, elle est vraiment mauvaise, trop de parasites rentre en interférence.

Le manque de temps:

Nous sommes de plus en plus submergés par le travail, l’administratif et cela est rajouté avec le manque de personnels

Tout le monde se renvoie la balle, mais personne ne communique vraiment. Les informations sont parfois données, mais pas aux bonnes personnes, laissé dans un coin, notées sans que personne ne soit au courant…

Les médecins:

Ils se cachent souvent par le manque de temps ou tout simplement parce que ce n’est soi-disant pas à eux de le faire, de l’écrire (heu..comment dire c’est bien à vous de noter les prescriptions, les sorties, ce n’est pas aux infirmières)

Parfois ça leurs arrivent de faire le tour seul (et oui les infirmières ont un gros manque de temps aussi) t au lieu de noter leurs prescriptions et de les laisse de tel façon que l’infirmière puissent les voir et bien non. Parfois il va même donner ses prescriptions aux patients.

Cela provoque une grosse perte de temps pour l’infirmière, car cette dernière va être obligée de chercher l’information, de savoir si cette dernière qui est donnée aux patients est vrai ou pas (malheureusement, nous ne pouvons pas toujours faire confiance aux patients surtout pour certaines prescriptions car notre diplôme est en jeu et que la vie du patient peut en dépendre)

Normalement, le médecin, chirurgien doit donner des feuilles de consentement, d’explications, d’ou l’intérêt de la communication …Je peux vous dire que cela n’est pas toujours fait et que c’est à nous les infirmières de les donner (parfois lors du jours de l’admission), encore du travail supplémentaire

Qu’en est-il de la communication entre les médecins?

Elle est quasi nulle, à part la lettre de courtoisie: cher confrère……

Les décisions sont-elles prises en commun, pour le bien du patient? Parfois cela peu arriver, mais c’est rare, car il y aura toujours l’ego d’un médecin qui prendra le dessus sur l’autre.

Une lettre se perd, ne dit pas tout, porte souvent des jugements (mon médecin me fait lire les lettres qui concerne de la part d’autres médecins, cela est très rare, car je vois peu de médecins)

Parfois, il n’y a aucun échange et donc les médecins ne savent pas ce qu’a prescrit son confrère et on se retrouve avec ordonnances et des tonnes de médicaments et cela peut mettre la vie du patient en jeu

Que dire dans les service?

Ce n’est pas triste, quand il y a la guerre entre les chirurgiens et les anesthésistes: un prescrit des traitements qui seront enlevés par l’autre et donc nous les infirmières nous ne savons plus quoi faire= perte de temps (qui est si précieux)

On voit qu’il y a encore du travail

Avec les paramédicaux:

Là, c’est aussi la catastrophe, car les prescriptions ne sont pas toujours notées, les médecins qui passent en coup de vent. Et surtout qui n’écoutent pas toujours ce que disent les paramédicaux (ne pas oublier que se sont nous qui passons le plus de temps avec les patients)

Avec les patients:

Là, ce n’est pas Byzance, les patients ne sont pas toujours écoutés. Mais ces derniers n’ont pas toujours les bonnes informations (enfin quand ils en ont).

Le temps de visite est souvent descendu à 5-10′, donc beaucoup de non-dit, des choses qui passent au travers.

Les paramédicaux:

Quand je dis les paramédicaux, je fais un ensemble (infirmières, kinésithérapeutes, aides-soignantes.)

Malheureusement, ce n’est pas toujours du 100% et cela par le manque de temps, de reconnaissances

Il faut reconnaître que maintenant les personnes qui passent beaucoup plus de temps avec les patients se sont souvent: les aides soignant(e)s, les agents de service

Les infirmières, nous sommes de plus en plus prit par l’administratif, la recherche d’informations auprès des médecins et la surcharge de travail avec de moins en moins de personnel. La conséquence: moins de temps à communiquer avec le patient

Entre paramédicaux:

Le temps de relève est de plus en plus courte, donc difficile de bien communiquer entre nous

Le manque de personnel, ne nous permet pas de communiquer correctement entre nous, souvent à cause du stress, de bien-être dans le milieu du travail, la fatigue, la surcharge de travail

Les cadres qui nous ne facilitent pas le travail.

Avec les médecins:
Dans les services:
Cela n’est pas toujours pas évident, car ils ne voient pas toujours l’intérêt d’échanger avec nous et surtout de nous écouter

Le manque de temps de part & d’autres

En ville:

Alors là c’est souvent la catastrophe, les échanges n’existent pratiquement pas. Ce qui encore une fois dommageable pour les patients.

Le médecin n’est souvent pas au courant de ce que fait le kinésithérapeutes aux patients, les échanges n’existent pas ou peu

Les patients:

Souvent sont peu écoutés par le manque de temps des professionnels de la santé

Un patient est plus vu comme une charge, un problème à traiter qu’une source de savoir et donc pourquoi échanger avec lui.

Le patient a souvent beaucoup d’intervenants et donc l’absence d’échange entre eux, joue en défaveur du patient. Qui se sent souvent exclu de ses propres soins

Conclusion:

Il y a vraiment un énorme travail à faire sur les échanges entre professionnels de la santé

Si tout le monde voyait l’autre comme une source de savoir et mettait son ego de côté. Tout le monde serait gagnant et surtout cela pourrait éviter les sources d’erreurs, ce qui gravissime surtout dans le milieu de la santé

Summary
Ou en est la communication dans le milieu de la santé?
Article Name
Ou en est la communication dans le milieu de la santé?
Description
La communication dans le milieu de la santé est-elle aussi bonne? Souvent on nous fait croire que oui, mais malheureusement ce n'est pas souvent le cas Ce qui provoque des dysfonctionnements très importants, des pertes de temps, malheureusement la première personne qui va en subir les conséquences c'est les patient.  Voici mon analyse, attention sans généraliser, ceci afin d'éviter d'heurter les sensibilités, l'ego de chacun
Author
Publisher Name
Econsi Formations
Publisher Logo
Catégories : Blog

Admin bar avatar

Corine Cliquet

Infirmière de formation D..U d'éducation thérapeutique du patient Patiente experte: SDRC (syndrome douloureux régional complexe ou SDRC1= algodystrophie, SDRC2= algoneurodystrophie) Formatrice indépendante Conférencière, consultante Coaching en santé en individuel ou en groupe Présidente de l'association Thera Wanka

error: Content is protected !!